Révélation : pourquoi la Miviludes s’acharne contre la santé naturelle

 

Bonne nouvelle : la Mission française de lutte contre les sectes (Miviludes) a encore été condamnée par les tribunaux français !

Condamnée, une fois de plus, pour sa propagande contre la santé naturelle !

Il y a quelques mois déjà, la Justice l’avait condamnée pour avoir dit du mal de la fasciathérapie – une thérapie naturelle très sérieuse pratiquée par des kinésithérapeutes.

Cette fois, la Miviludes s’en est prise à la « médecine anthroposophique »… et mal lui en a pris !

Car cette médecine n’a rien de clandestine. Pratiquée par des docteurs en médecine, elle est parfaitement intégrée aux systèmes de santé de l’Allemagne, de l’Autriche ou de la Suisse.

Mais voilà, cette médecine a la particularité d’être holistique.

Contrairement à la médecine officielle, elle n’est pas purement « biomédicale ». Elle prend en compte toutes les dimensions de l’être humain : biologique, bien sûr, mais aussi psychologique et même spirituelle.

Pour la Miviludes, cela suffit à la rendre suspecte… et à la classer dans sa liste officielle des thérapies « à risque de dérive sectaire ».

Exactement comme l’a fait l’Allemagne nazie le 9 juin 1941, lorsqu’elle a interdit des pratiques « spirituelles » comme… l’anthroposophie et même l’agriculture en biodynamie !

Mais heureusement, la Justice française a condamné la Miviludes dans un jugement rendu le 20 avril dernier ! [1]

Et au-delà du plaisir que j’ai à vous annoncer cette nouvelle, c’est l’occasion pour moi de vous en dire un peu plus sur cette fameuse « Miviludes ».

Car il est très important de connaître ses ennemis.

Dans ma dernière lettre, je vous ai parlé des Big Business, ces multinationales qui contribuent à ruiner notre santé : Big Pharma, Big Agra, Big Food et Big Chemical.

Mais ces Big Business ne pourraient rien sans de solides complicités chez les décideurs politiques et administratifs

La Miviludes en est un cas d’école… tout simplement ahurissant :

 

Le « naturel », voilà l’ennemi de la Miviludes !

« Tout ce qui est naturel peut cacher des dérives sectaires ». [2]

Voilà, mot pour mot, ce qu’a dit sur Europe 1 le précédent président de la Miviludes, George Fenech.

Au moins, les choses sont claires.

Voilà pourquoi la Miviludes qualifie de « méthode à risque de dérive sectaire » des pratiques comme :

  • L’EMDR, une technique psychologique validée scientifiquement par l’INSERM et recommandée par des grands médecins comme le regretté David Servan-Schreiber ;
  • La gemmothérapie, un remède traditionnel issu des « plantes médicinales » ;
  • La sophrologie, une simple méthode de relaxation ;
  • Et même la médecine ayurvédique, pratiquée en Inde depuis des millénaires et reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé pour ses bienfaits !

Et le plus révoltant, c’est l’aveuglement de la Miviludes face aux vraies menaces.

 

Plus sévère contre le « jeûne » que contre le radicalisme islamique !

Initialement, la Miviludes a été créée pour une mission d’intérêt public.

L’objectif était de lutter contre l’embrigadement d’enfants dans des sectes dangereuses.

Les adultes, à mon avis, ont bien le droit de faire ce qu’ils veulent – cela s’appelle la liberté.

En revanche, il est légitime de protéger leurs enfants contre des dérives évidentes.

Mais dites-moi, quel est le plus grand danger des enfants en France aujourd’hui ?

Est-ce d’être soigné par des méthodes naturelles…

… ou bien d’être emmené en Syrie ou en Irak combattre aux côtés de l’État islamique ???

D’après l’Élysée, 250 enfants au minimum sont partis en Syrie et en Irak faire le djihad aux côtés de leurs parents.

Ces enfants ont donc pu assister :

  • À l’esclavage sexuel imposé aux femmes « alliées » ;
  • Et aux cérémonies de décapitation des « infidèles »

À votre avis, cela n’entre-t-il pas dans la mission de la Miviludes ?

Je rappelle la mission « officielle » de cet organisme :

« observer et analyser le phénomène des mouvements à caractère sectaire dont les agissements sont attentatoires aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales ou constituent une menace à l’ordre public ou sont contraires aux lois et règlements »

Eh bien, il a pourtant fallu attendre l’année 2014 pour que la Miviludes décide officiellement de surveiller le radicalisme islamique !

Mais il suffit de lire les rapports récents de la Miviludes pour voir que le radicalisme islamique n’est pas sa priorité, loin de là.

Pour l’actuel président de la Miviludes, Serges Blisko, le véritable ennemi, ce sont les « groupes qui s’attaquent à la médecine rationnelle, par des campagnes anti-vaccinations par exemple ». [3]

Ce qui l’inquiète le plus, ce ne sont pas les terroristes islamistes… ce sont des groupes comme ces « survivalistes » qu’il dénonce dans une interview à l’Express :

« Il y a 6 ans, l’association « permaculture en pays catalan » fait un séminaire dans un village qui s’appelle Lamanère, dans l’extrême sud de la France, à une centaine de mètres de la frontière espagnole. C’est une région arboricole très peu peuplée.

Ce groupe survivaliste avait acheté des terres agricoles de faible valeur. Une propriété isolée de 112 hectares, avec plusieurs constructions en ruine, d’accès difficile par une piste peu carrossable de 6 km, faut le faire! Tout cela, pour se préserver de l’apocalypse.

Ils ont entrepris la construction d’un bunker. Ils ont monté un dossier pour la création d’une exploitation agricole du domaine où aucun paysan n’avait jamais pu travailler. On est à la limite du survivalisme et de l’écologie. Ils ont été condamnés pour défaut de permis de construire au tribunal de Perpignan. Il y avait quatre Néerlandais, un Anglais notamment, sans profession.

Par la suite, ils ont ouvert un stage de pleine conscience avec des enfants. »

Rendez-vous compte…. ces gens font faire de la méditation aux enfants !

Voilà qui est beaucoup plus grave que d’être envoyé comme chair à canon en Syrie !

C’est en tout cas ce que pense la Miviludes – et son dernier rapport, rendu public en mars 2018, enfonce le clou contre les médecines naturelles :

 

Les « salons zen » et les cours de yoga, voilà l’ennemi de la Miviludes !

Voici le gros titre du journal Le Monde, le jour où la Miviludes a rendu son rapport :

« La santé et le bien-être, des domaines particulièrement sujets au risque de dérives sectaires ». [4]

Dès l’introduction du rapport, le président Serge Blisko insiste sur « la nécessaire défense de la pensée rationnelle », notamment face aux « dérives sectaires dans le domaine de la santé où les pseudothérapeutes déviants sont toujours plus nombreux et imaginatifs ».

J’ai lu le rapport en intégralité, et il contient un nombre de « pépites » invraisemblable :

« Ainsi, en lien avec la question de l’exploitation animale et du véganisme se développe une forme d’extrémisme, comme dans le domaine de l’écologie le mouvement de deep ecology, qui peuvent mettre en danger les adeptes et particulièrement les enfants. »

Attention donc, aux « écolo » et aux végans »… et attention aussi aux très dangereux « Salon ZEN » :

« La promotion des nouvelles pratiques alimentaires se fait largement par Internet et les réseaux sociaux mais aussi dans les salons bio-zen. (…) Ces salons ouvrent aussi leur espace à de véritables charlatans et à des méthodes dangereuses pour la santé dès lors qu’elles sont mises en œuvre par des personnes qui n’ont pas de connaissances médicales sérieuses ».

Autre menace dans le viseur de la Miviludes, les psychothérapeutes.

La « preuve », selon la Miviludes, ce témoignage « accablant » de la mère d’une « victime »  :

« Notre fille sort d’une histoire compliquée. Elle est tombée très bas et a donc pris l’initiative d’aller consulter une psychothérapeute (hypnose, coach de vie…). Il nous semblait que les consultations portaient ses fruits, or nous craignons le pire.

Elle n’aimait pas lire, s’est mise à lire un premier livre de X prêté par la psychothérapeute, depuis elle en a lu beaucoup d’autres, vu beaucoup de vidéos également de cette même X, ne parle que de sa psy et de X.

Son comportement a changé, sa façon de parler a changé également (elle utilise des termes ou phrases qu’elle n’utilisait pas avant, tout droit sortis de la bouche de sa psy). Elle poste des vidéos ou autre sur les réseaux sociaux et tout le monde s’aperçoit qu’elle a changé. Quand il lui arrive de communiquer avec nous, elle dit qu’elle est enfin « elle ».

Vous vous rendez compte du « danger » ?

Cette femme qui était « au fond du trou » a repris espoir dans la vie, se sent à nouveau « elle-même » et lit des livres !

On marche sur la tête.

En réalité, cette psychothérapeute est surtout dangereuse… pour les profits de Big Pharma, qui ne pourra pas vendre des anti-dépresseurs à ses patientes !

Alors bien sûr, les charlatans et les gens sans scrupule, cela existe, dans la médecine naturelle comme ailleurs…

…mais cela n’en fait pas des dérives sectaires pour autant !

Pour la Miviludes, pourtant, même le yoga et de méditation sont terriblement suspects !

« Aujourd’hui, la mode pour la méditation et le yoga et la demande qu’elle crée s’élargit à de nouvelles catégories de personnes, ouvrant des opportunités à des individus sans formation et sans scrupule. »

Et des énormités comme celle-là, il y en a sur des pages et des pages.

Peut-être vous demandez-vous POURQUOI ?

 

La main invisible de Big Pharma

Pour moi, il est clair que Big Pharma a réussi à « infiltrer » la Miviludes.

Lors d’une audition devant le Sénat, le président d’une association de défense des libertés M. Thierry Bécourt a expliqué :

« Lorsque nous affirmons que M. Fenech (à l’époque président de la Miviludes, NDRL) a des implications relativement claires dans des laboratoires pharmaceutiques ou des sociétés d’OGM, comme le Mouvement pour une organisation mondiale de l’agriculture (Momagri), c’est que nous en avons les preuves ! On peut donc s’interroger sur la collusion entre la chasse aux sectes et les laboratoires pharmaceutiques ! »

Et franchement, croyez-vous que c’est un hasard si l’actuel Président de la Miviludes, Serges Blisko, est un médecin ?

Est-ce un hasard si, dans le Conseil d’Orientation de la Miviludes, on trouve Patrick Romestaing, qui est Président du Conseil de l’Ordre des médecins (section santé publique) ? [5]

Non : la Miviludes est bien dominée par un certain milieu médical, lui-même en conflit d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique.

Vous comprenez mieux, maintenant, pourquoi la Miviludes poursuit avec acharnement les « salons zen » et autres « profs de yoga » ?

Votre dévoué,

Guillaume Chopin

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 réponses à « Révélation : pourquoi la Miviludes s’acharne contre la santé naturelle »

  1. laurent says:

    et oui nous en somme là, la vie n’est plus question de bien être, mais celle du fric quand verrons nous la fin de ce stratagême

  2. Marie claude Le hir says:

    Et que dise t il de la phagotherapie ?

  3. DJP says:

    Ils agissent comme une police de la pensée. C’est un scandale de droit que des officines se présentant sous la forme d’ONG soient financées par de l’argent public, pour faire de la chasse, non pas aux sectes mais aux minorités. C’est ANTICONSTITUTIONNEL, cela bafoue la liberté d’opinion, de pensée, de religion.

    Et non contentes des résultats en France, cherchent à exporter ce modèle français à l’Europe, par le moyen de la FECRIS ( Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme), financée elle aussi par de l »argent public français.

    Je cite CAPLC (Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience) (Monsieur André Frédéric, député fédéral belge, vient d’être fraîchement nommé membre du Conseil d’administration de la FECRIS):

    « Depuis 2012, CAP LC et d’autres ONG des droits de l’Homme n’ont de cesse de dénoncer auprès des instances françaises, européennes et internationales le scandale du financement à plus de 92% par le gouvernement français (1) d’une organisation non-gouvernementale (ONG) la FECRIS ( Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme) qui,

    – fédère des associations européennes qui sont pour la plupart elles-même financées par leur gouvernement, (2)

    -propage par le biais de son vice-président, Monsieur Alexander Dvorkin des discours de haine envers les minorités de conviction, (3)

    – conseille des institutions avec de pseudo-expertises (4 et 5)

    et bafoue allègrement les droits fondamentaux.(6)

    Et tout ceci, est entériné par Monsieur André Frédéric, député fédéral belge, président d’AVISO (Aide aux victimes des sectes), fraîchement nommé membre du Conseil d’administration de la FECRIS dans son interview au journal l’Avenir du 7 juin 2018 :

    « Il s’agit d’une organisation non gouvernementale qui est en partie subsidiée par l’État français. ».

    Voilà c’est dit, c’est clair, l’Etat français finance une organisation non gouvernementale, dont les membres propagent des discours de haine, font de la discrimination et violent les droits de l’Homme.

    Mais bon, Monsieur André Frédéric sait ce qu’il dit puisqu’il est Monsieur ès sectes de Belgique.
    Non pas parce-qu’il a fait des études universitaires sur le sujet, ou parce-que son expertise lui vient d’études poussées sur le terrain mais parce qu’il déclare dans le même article :

    « À force d’être en contact avec le milieu, j’ai été invité en ma qualité de député spécialiste des sectes en Belgique – spécialiste parce que je suis le seul à m’y intéresser » !!!

    Avis aux jeunes en mal d’orientation professionnelle : trouvez un sujet qui n’intéresse que vous et vous en deviendrez un spécialiste. »

    Je vous recommande les publications de CAPLC, comme cet état des lieux : http://www.coordiap.com/press2976-etat-des-lieux-2013.htm

    ou celle-ci sur « l’Etat, la gestion des nouvelles spiritualité : Les anomalies » : http://www.coordiap.com/Document/sectes-les-chiffres.pdf

    Il y a là un combat à mener contre la liberté d’opinion, contre une bizarrerie anticonstitutionnelle dénoncée par des universitaires français et étrangers.

    CAPLC défend la liberté de conscience lors de colloques à l’ONU.

RESTEZ INFORMÉS


Recevez gratuitement notre newsletter et nos alertes santé. En cadeau avec votre inscription, recevez le dossier Sauver les abeilles (et votre santé) en choisissant le BON miel

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
de l'association pour la Santé Naturelle

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous