Enfin une VRAIE avancée pour le bio (et contre Monsanto) !

 

Vous me connaissez : je n’hésite pas à sonner l’alarme quand nos politiques font n’importe quoi.

Chaque fois que c’est nécessaire, je n’ai pas peur d’appuyer là où ça fait mal.

Récemment, par exemple, je vous ai parlé de cet invraisemblable « raté » de l’Union européenne :

Les magnifiques champs de lavande de Provence sont aujourd’hui menacés parce que des technocrates européens, parce qu’ils ont décidé de classer les huiles essentielles dans la catégorie des « produits chimiques » !

Mais je tiens à être juste – et partager avec vous les avancées, quand elles sont réelles !

Et aujourd’hui, je suis heureux de partager avec vous une excellente nouvelle !

Les députés européens viennent de voter un règlement qui libère les agriculteurs bio !

Désormais, ils pourront vendre leurs propres semences en toute liberté… et cela ne va pas plaire à Monsanto, le géant de la biochimie !

 

Semences naturelles : étions-nous en URSS ???

Jusqu’à présent, un paysan qui voulait vendre ses semences 100 % naturelles était considéré comme un criminel.

Cela paraît hallucinant, mais c’est la triste réalité.

Cela date de 1981 : une loi française a « criminalisé » les semences paysannes.

Depuis, les paysans avaient l’interdiction formelle de vendre des semences qui ne figurent pas dans le « catalogue officiel ».

Et quelles sont les semences qui figurent dans ce fameux « catalogue » ?

Essentiellement des semences « brevetées », créées et vendues par les multinationales de l’agro-chimie, comme Monsanto, DuPontDow et Syngenta !

Le seul géant « Monsanto-Bayer » représente près d’un tiers des semences inscrites à ce cahier officiel !

 

Comment diable en est-on arrivé là ?

Pour comprendre cette histoire de fou, il faut se replonger dans l’atmosphère très spéciale de l’après seconde guerre mondiale.

En 1945, il fallait reconstruire une agriculture très productive, pour nourrir les populations européennes, brisées par des années de privation.

A l’époque, la croyance dans la Science et de la Technologie était sans limite :

  • Quelques années auparavant, la médecine avait découvert les antibiotiques, une authentique « pilule miracle » qui a sauvé des millions de vie !
  • Des inventions « magiques » pleuvaient depuis le début du siècle : téléphone, avion, cinéma, télévision… et bientôt aspirateur, machine à laver, lave-vaisselle, etc.

Et puis, la planification « centrale », « rationnelle », avait encore le vent en poupe – souvenez-vous que le Parti Communiste dépassait les 30 % aux élections de l’époque !

C’est dans ce contexte que sont nées les deux grandes révolutions de l’après-guerre :

  • La révolution médicale pharmaco-chimique, industrielle et scientifique ;
  • Et la révolution agro-chimique, focalisée sur l’agriculture industrielle et productiviste.

En matière de médecine et de santé, vous connaissez le résultat – désastreux.

Balayés, les remèdes traditionnels à base de plante… place au 100 % médicament chimique, et son cortège de scandales et d’effets secondaires !

Mais pour l’agriculture, on connaît moins les conséquences dramatiques de cette « révolution ».

Voici le résultat de l’interdiction des semences anciennes, au profit des semences validées par les organes de l’État :

  • De 1930 à 1965, on est passé de 400 variétés de blé en circulation… à seulement 40
  • Et aujourd’hui, en 2018, 75 % des aliments de la planète viennent d’à peine 12 espèces végétales et 5 animales !

Pas vraiment de la « biodiversité », n’est-ce pas !

Et le plus invraisemblable, c’est que les semences paysannes traditionnelles ont de formidables atouts !

Comme elles ne sont pas aussi « standardisées » que les semences « industrielles » elles peuvent mieux s’adapter aux changements, climatiques notamment.

Et d’après la Confédération paysanne, les semences paysannes ne sont pas moins productives que les semences industrielles sans leurs « béquilles chimiques » (pesticides, etc.). [1]

Et de toutes façons, il faut quand même avoir l’esprit tordu pour interdire à des paysans de vendre leurs semences librement !

 

Le règlement européen qui libère !

Heureusement, grâce au vote qui a eu lieu le 19 avril dernier au Parlement européen, cette situation invraisemblable sera terminée en 2021.

L’euro-député Eric Andrieu s’en est félicité :

« Jusqu’à présent, le monde du vivant était cadenassé par la réglementation actuelle au profit de quelques grandes multinationales. Il était urgent de rééquilibrer la chaîne alimentaire et d’arrêter de dérouler le tapis rouge devant les oligopoles de l’agrochimie ». [2]

Et en plus, ce nouveau règlement européen contient d’autres bonnes nouvelles pour le bio :

  • Le règlement facilite la conversion au « bio », via une « certification de groupe » qui permettra aux « petits agriculteurs » de gagner du temps et de l’argent ;
  • Les exploitations « mixtes » (bio et non bio) ne seront autorisées que si les deux activités sont clairement séparées, avec des mesures « pour éviter la contamination» ;
  • Et de vrais contrôles sur le « label bio » auront lieu, notamment à l’importation, pour éviter que des pays étrangers nous fassent avaler du « bio » de piètre qualité.

Au total, José Bové s’est réjoui officiellement de toutes ces évolutions dans cette très courte vidéo qu’il a posté sur Internet :

Et en effet, il y a des raisons de se réjouir !

 

Vigilance, malgré tout

Toutefois, il faut toujours rester vigilant.

Le lobby des multinationales est tellement puissant qu’il faut toujours se demander « ce qui se cache » derrière ces belles avancées.

Aujourd’hui, l’autorisation de vendre des semences « hors cahier officiel » ne concerne que l’agriculture bio… mais que se passera-t-il si on étend cette autorisation à tout le monde ?

Pour Patrick de Kochko, coordinateur du réseau Semences paysannes, la réponse est très inquiétante :

« Les multinationales pourront déposer des mélanges brevetés moins homogènes comme des nouveaux OGM sans supporter les contraintes de l’inscription au cahier officiel. Et peut-être échapper à la réglementation OGM, comme elles l’espèrent ».

Autrement dit, il faut faire très attention à ce que ce règlement ne soit pas le cheval de Troie de l’industrie agro-chimique pour faciliter la vente de semences OGM !

Mais comptez-sur moi, je suis ce dossier avec attention, et vous appellerai à la mobilisation si besoin.

Et en attendant, ne boudons pas notre plaisir, et levons un petit verre de vin (bio) pour fêter cette avancée !

Votre dévoué,

Guillaume Chopin

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 réponses à « Enfin une VRAIE avancée pour le bio (et contre Monsanto) ! »

  1. Batifort-Cordesse says:

    Genial! Enfin , une bonne nouvelle qui ouvre les possibles et encourage aussi à rester vigilants

  2. Dominique says:

    Oui, une raie avancée bio, malgré tout je me méfie moi aussi de ce qui se cache derrière, il semble évidemment que Mosanto va en profiter… On va quand même rester optimiste !

  3. Leger Hélène says:

    Guillaume,
    Merci pour cette bonne nouvelle. J’espère que les contrôles sur le label bio est fiable. Je m’étonne des « label bio » donnés à certains produits des grandes surfaces… Merci pour le travail que vous effectuez.
    Au plaisir de vous lire
    Hélène

  4. catherine says:

    Bonjour Monsieur,

    Merci pour votre combat et d’être notre représentant dans cette guerre contre la non-bienveillance, le non respect de la vie ….contre la connerie de gens qui ne pensent qu’à une seule chose s’enrichir en détruisant la vie et en engendrant la souffrance et la mort.

    Merci notre combat continue pour nous et les générations qui nous suivent et aussi pour toutes les formes de vie sur la planète et dans l’univers.

  5. Bornowsky says:

    Bonjour vous parlez des antibiotiques mais ils ne sont plus efficaces maintenant, le PLASMA DE QUINTON lui est toujours efficaces, mais pas pour les laboratoires.Parlez-en

  6. Gaudin says:

    Je partage votre satisfaction et reprends à mon compte votre dernier paragraphe : il me semble impossible que le lobby de l’agriculture pourrie ait laissé passer une telle mesure sans obtenir la promesse d’une sérieuse contrepartie. Laquelle ? Peut être ce que vous dites en fin de propos ou peut être autre chose. Restons donc prudents.

  7. Remy says:

    Ce n est pas aussi simple que ça pour le catalogue des semences ce n était pas le fruit du lobby mais un travail de l INRA pour éviter que les variétés nouvelles soient polluées par les anciennes
    Les semences brevetées et non reproductibles sont venues plus tard et ça c est le vrai scandale
    Très bonne nouvelle pour ce qui est annoncé ici

  8. BEVILLARD Christian says:

    Les anciennes semences étaient 100 fois meilleures
    que celles que l’on nous refourguent maintenant.
    Le sumum du best of the must : LES TOMATES !
    Même le couteau le mieux aiguisé ne peut plus les
    attaquer ! Et le goût : ZERO . Quelle honte.

  9. michel RAYNAUD says:

    On en revient toujours à ces multinationales qui gouvernent la planète dans tous les domaines .Je suis convaincu que nos gouvernements sont à genoux devant ces entités .
    Je voudrais avoir un espoir pour que les choses changent mais il me semble que c’est un peu tard pour légiférer ; la mondialisation croissante , fait que les lobbys deviennent dominants sur cette pauvre planète , même dans les pays en voie de développement .
    ESPOIR QUAND MEME !!!

  10. nono BONTRON says:

    Bonjour,

    Pourquoi ne pas avoir les mêmes normes d’utilisation de pesticides dans toute l’EUROPE.
    N’oublions pas que nous mangeons des produits super traités qui viennent de nos voisins.
    Alors stop

  11. MILLOT says:

    pourquoi attendre 2021 pour la vente des semences paysannes ; il faut passer outre ;renvoyons et boycottons les industriels ; pourquoi ne serions plus maître chez nous?

  12. Gregoire Sylvette says:

    Bravo a vous et votre pugnacité soyons vigilent…

  13. Michka de Lattre says:

    Bonjour et merci pour cette bonne nouvelle et votre action. Et restons prudents effectivement … en ces temps souvent contradictoires dans cette nouvelle Ere. Mais j’ai confiance. Merci à vous

  14. Bieuzent says:

    Enfin une avancée il était temps
    Merci de nous informer je transmets souhaitons que cette avancée soit suivi de bien d’autres pour le mieux
    Vivre en qu’enfin les cancers diminuent j’en parle en connaissant de cause j’en ai eu trois
    Mais j’ai une peau de rousse j’etais Anxieuse etc cordialement

  15. Luc GARNIER says:

    Si BIG-AGRO a laissé passer ça, c’est qu’il a des vues sur ce marché de la semence Bio, libérée. On va le voir arriver avec des mélanges incontrôlables ou imposera aux fabricants des quota minimum ce qui en réduira le nombre.
    A quand la bonne baguette d’antan beurrée au beurre qui sent le beurre pour manger une tomate qui a le goût de la tomate ? L Garnier

  16. Debelvalet Jacques says:

    Quelle avancé, quand on apprend que notre président est maqué avec Bayer !!!!

  17. ordano says:

    magnifique. C’est vraiment une bonne nouvelle mais vous avez raison de ne pas baisser la garde. En attendant il me semble que je respire mieux.

  18. Genevieve CASADO says:

    vous citez José Bové mais il ne faudrait pas oublier qu’il n’a pas accepter les changements que nous demandons concernant tout ce qui est relatif à la chasse…

  19. Rosa Jobin says:

    Très bonne nouvelle, mais il faut rester sur nos gardes, rien nais jamais gagné d’avance avec ce système que souvent les gouvernements son pour beaucoup!

  20. Bosson says:

    Comment des politiciens quels qui soient puissent laisser faire de telles horreurs????c’est a se demander a quel « prix »??!!! Comment peut on empoisonner tout un peuple ???et ne rien faire …je suis très heureuse de ne
    pas avoir de politicien dans ma famille, je n’ai aucune confiance en eux….la preuve !…certe…il y a « quelques changements…mais comptons le dites… qu’est-ce que ça cache !!!! merci à vous et votre combat…😊

RESTEZ INFORMÉS


Recevez gratuitement notre newsletter et nos alertes santé. En cadeau avec votre inscription, recevez le dossier Sauver les abeilles (et votre santé) en choisissant le BON miel

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
de l'association pour la Santé Naturelle

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous