Industrie pharmaceutique : le rapport qui a « vendu la mèche »

 

L’objectif de l’industrie pharmaceutique n’est PAS de guérir les patients – c’est uniquement de faire du PROFIT.

Ceci n’est pas de la « théorie du complot »

C’est écrit en toutes lettres, dans un rapport terrifiant paru le 10 avril dernier.

Attention : l’auteur du rapport n’est pas « anti-capitaliste », « ultra-écologique » et encore moins un partisan des « médecines naturelles ».

Au contraire, c’est un analyste financier de Goldman Sachs, la banque d’investissement la plus célèbre au monde.

Et ce qu’il explique à ses riches clients est tout simplement terrifiant :

 

Ils avouent : guérir les patients n’est PAS rentable !

La note commence en posant une terrible question :

« Guérir les patients est-il un business model soutenable ? »

Et savez-vous ce que répondent les banquiers de Goldman Sachs ?

NON ! Guérir les patients n’est pas rentable !

Je n’invente rien – le rapport a été cité en détail par des grands médias américains, comme CNBC. [1]

Je cite le rapport :

« Les remèdes qui guérissent immédiatement offrent un profil de rentrées financières récurrentes très différent des thérapies chroniques. (…) Ces remèdes représenteraient un intérêt formidable pour les patients et la société, mais pourraient être un obstacle pour ceux qui cherchent un « cash flow » financier durable ».

Et au cas où ce ne serait pas assez clair, Goldman Sachs prend l’exemple d’un médicament récent contre l’hépatite C, qui guérit la maladie à 90 % :

« Ce médicament est un cas d’école, car il a progressivement réduit le nombre de patients susceptibles de le prendre ».

Si les patients guérissent, ils ne transmettent plus le virus à d’autres personnes… cela veut dire qu’il y aura de moins en moins de malades… et donc de moins en moins de profits pour l’entreprise qui vend ce médicament !

 

Le vilain petit secret de l’industrie pharmaceutique

Si ce raisonnement vous choque, il est temps de vous réveiller.

Car c’est bien comme ça que notre « système de santé » fonctionne.

Les multinationales de l’industrie pharmaceutique ne sont pas dirigées par des « philanthropes » ou des « bienfaiteurs ».

Ces entreprises sont cotées en bourse et sont possédées par des actionnaires – les riches clients de Goldman Sachs, par exemple.

Or les actionnaires ne demandent qu’une seule chose : la rentabilité financière.

Ils veulent que l’entreprise dont ils possèdent des actions fasse le plus grand profit possible.

Ils se moquent bien de savoir si l’entreprise va « sauver le monde » – ils veulent que leurs actions leur rapporte de l’argent.

Voilà pourquoi Big Pharma fait plus de recherche contre la calvitie que contre le paludisme.

Ce n’est pas moi qui le dit, mais le milliardaire Bill Gates : [2]

« Le capitalisme implique qu’il y aura beaucoup plus de recherche scientifique contre la calvitie que contre des maladies comme le paludisme, qui touche surtout des personnes pauvres. Un remède contre le paludisme est le plus grand besoin d’un point de vue humaniste. Mais la recherche sur ce sujet ne reçoit presque aucun financement. »

De même, Big Pharma investit beaucoup contre l’impuissance sexuelle que contre la sclérose en plaques.

Et financièrement, c’est « justifiée » : la fameuse pilule bleue de Pfizer pour favoriser l’érection a été l’un des médicaments les plus rentables de ces 15 dernières années !

Mais il y a bien pire.

Si vous allez au bout du raisonnement, vous en arrivez à une conclusion encore plus affreuse.

 

Maintenir les gens malades est plus rentable que de les guérir

D’un strict point de vue financier, l’idéal pour Big Pharma, ce sont des traitements qui :

  • Sont brevetables (ce qui exclut les remèdes naturels) ;
  • Doivent être pris tous les jours, idéalement toute la vie;
  • Et bien sûr, ne guérissent pas la maladie !

Comme par hasard, c’est le cas des médicaments chimiques :

  • Qui réduisent la tension artérielle;
  • Qui régulent le diabète;
  • Qui abaissent le cholestérol;
  • Qui soulagent les douleurs articulaires ;
  • , etc.

Vous voyez le problème ?

Pour chacune de ces maladies, il existe des protocoles 100 % naturels qui guérissent en profondeur.

Par exemple, contre le diabète que l’on dit « incurable », un régime alimentaire spécifique permet de se débarrasser de la maladie.

Ce sont des chercheurs de l’Université de Newcastle qui en ont apporté la preuve, publiée dans une des revues médicales les plus prestigieuses au monde. [3]

Les patients qui suivent ce régime n’ont plus le diabète… et n’ont plus besoin de médicament !

Et c’est bien sûr une catastrophe financière pour Big Pharma et ses actionnaires !

 

Vive la recherche médicale non privée !

La morale de cette histoire, c’est que nous avons besoin de recherche scientifique désintéressée !

Nous ne pouvons pas compter uniquement sur Big Pharma pour notre santé !

Il faut impérativement que la recherche médicale soit aussi financée par des organismes publics et des fondations d’utilité publique.

Heureusement, cela commence à être le cas, à travers le monde.

En deux clics, depuis n’importe quel ordinateur, vous et moi avons désormais accès :

  • Aux récentes études d’universitaires chinois prouvant l’intérêt d’une plante locale, l’uperzine A, contre Alzheimer ;
  • A l’accumulation d’études financées par l’Etat indien prouvant les bienfaits du hatha yoga (le trésor national), notamment en accompagnement du cancer ;
  • Ou encore aux études brésiliennes sur les bienfaits de la propolis verte – un antibiotique naturel étonnant !

Donc ne nous décourageons pas !

Big Pharma est encore très puissant… mais la science désintéressée, la vraie, est en train de gagner du terrain !

Votre dévoué,

Guillaume Chopin

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 réponses à « Industrie pharmaceutique : le rapport qui a « vendu la mèche » »

  1. Alain Casal says:

    Se balader dans une pharmacie quelques minutes c’est comprendre toute la philosophie de l’industrie du médicament. Le marketing dans ce lieu soi-disant dédié à la santé est omniprésent et extrêmement étudié. Cela trahit irrémédiablement les véritables objectifs des fabriquants qui ne sont pas de guérir mais de faire du chiffre.

  2. Istace says:

    On ne peut être que de l’avis de Guillaume Chopin.
    Mon expérience avec la NF Levothyrox illustre tout à fait le commentaire.
    Nous allons découvrir beaucoup d’autres scandales sanitaires.
    Les pharmaciens ne sont que des boutiquiers à la solde du gouvernement et bien sûr des labos!!!ils reçoivent des avantages conséquents.. »!Vendre ou obliger le patient à prendre des génériques , sous peine de ne plus être remboursés dans quelque temps!!!!leur conseil est cher payé puisqu à chaque boîte nous payons un pourcentage……
    Leur officine très luxueuse =temple de la beauté

  3. Guhur says:

    Sidérant. Docte ministre, blouses blanches du docteur et du pharmacien avec crayons dans la pochette, corruption du serment « d’hypocrite »

  4. BIDI says:

    Pour info sanofi pour ne pas le nommer l’a dit à propos du prix exorbitant de certains médicaments, nous devons rentabiliser notre activité, or les médicaments qui guérissent ne sont pas rentables à terme, nos actionnaires ne comprendraient pas

  5. sylvie noel says:

    C,est pas d,aujourd,hui que tout le monde le sais que c,est pas pour nous soigner que les pharmaciens s,enrichissent au détriment de notre santé ou bien étre,grrr

  6. Codron says:

    Bonsoir. Je suis convaincu de ce que vous écrivez mais la difficulté est de trouver les médecins qui favorisent les produits naturels ou la façon de se nourrir.

  7. Dominique says:

    De l’aspartame dans presque tous les médicaments, de la povidone cancérigène aussi, même dans le charbon actif, oui ils veulent clairement nous empoisonner.
    Et les médecins bien récompensé par les visiteurs médicaux pensent aux primes plutôt qu’à la santé de leurs patients.

    Je me souviens d’un docteur tout affolé car après un problème au genou, je ne voulais prendre aucun médicament anti-douleur, il m’a demandé plusieurs fois désespéré si j’étais sur de ne pas en vouloir.

    Ou d’une jeune docteur qui voulait à tout pris que je prenne un nouveau médicament pour l’anxiété, mais après recherche sur le net, j’avais vu que ce médoc avait de nombreux effets secondaires et que de nombreux médecins demandaient son retrait.

    Je pense que la prime était très grosse à cause de cela et malgré le fait que je lui avait parlé des effets secondaires , elle continuait à vouloir me le faire prendre.

    Certains sont vraiment des assassins avec un permis de tuer !
    Le serment d’hypocrite !

  8. jean-louis ROBINET says:

    Je suis d’accord avec vous, il faut se méfier des médicaments et tout faire pour ne pas avoir un abonnement à vie !!! Mais que fait-on dans l’urgence ? Quand on a une migraine ou un AVC ? On ne peut que se suivre la procédure pour se mouler dans la procédure , c’est d’autant plus facile qu’automatique !!!

  9. […] d’un article de Guillaume Chopin sur le site de l’Association Santé Naturelle qui se base sur l’article cité plus haut […]

  10. werth says:

    Nos élus laissent faire, donc ils sont complices…

RESTEZ INFORMÉS


Recevez gratuitement notre newsletter et nos alertes santé. En cadeau avec votre inscription, recevez le dossier Sauver les abeilles (et votre santé) en choisissant le BON miel

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
de l'association pour la Santé Naturelle

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous