CHOQUANT : 11 bébés MORTS car leurs mamans ont pris ce médicament

 

Notre système médical est devenu fou.

Dans le cadre d’une « étude scientifique », des médecins ont prescrit du V..gra (la pilule bleue qui facilite l’érection) à des femmes enceintes.

Le résultat est tombé, terrible, fin juillet 2018 : cette « expérimentation » a causé la mort de 11 bébés. [1]

Ces 11 bébés seraient encore en vie si leur maman n’avait pas avalé du V (je suis obligé d’utiliser cette initiale plutôt que le nom du médicament, sinon mon email risque d’être classé comme « spam » et ne vous atteindra jamais).

Si je vous parle de cette tragédie, c’est qu’elle est hélas très révélatrice.

Il ne s’agit pas d’un « malheureux accident », causé par les « besoins de la recherche scientifique ».

Ces 11 bébés sont morts sur l’autel d’un système à la dérive, centré sur la recherche du profit (Big Pharma) et aggravé par l’illusion de « toute-puissance » de la médecine moderne.

Vous allez voir pourquoi :

 

Ce qui s’est vraiment passé dans cette étude tragique

L’étude a été lancée en 2015, au Pays-Bas.

183 femmes enceintes ont été « enrôlées » par des chercheurs du CHU d’Amsterdam.

Ces femmes avaient toutes une grossesse difficile : leurs bébés à naître avaient un grave retard de croissance.

Alors les chercheurs ont voulu voir si le V pouvait stimuler leur croissance.

Comme vous allez le comprendre, c’était une idée d’une imprudence criminelle.

Mais sur le plan strictement médical, l’hypothèse n’était pas absurde.

Le V agit sur les hommes en dilatant les vaisseaux sanguins : cela améliore la circulation du sang… et facilite le « garde-à-vous » de leur organe préféré, qui se gonfle de sang.

Pour les femmes enceintes, l’objectif était similaire : le V (sildénafil) était censé améliorer le débit sanguin vers le placenta, et apporter au bébé les nutriments et l’oxygène dont il semblait cruellement manquer.

Alors les chercheurs ont séparé les femmes en deux groupes :

  • 93 femmes ont avalé chaque jour des gélules de V ;
  • 90 femmes ont reçu un placebo (une gélule vide).

Les chercheurs espéraient que les bébés du groupe « V » auraient une meilleure espérance de vie.

Mais ce fut exactement l’inverse :

Dans le groupe V, on a déploré :

  • 19 bébés morts (dont 11 à cause d’une hypertension pulmonaire)
  • 6 victimes de complications pulmonaires qui ont survécu

Dans l’autre groupe, qui n’a pas eu le V, il y a eu :

  • 9 morts (mais aucune complication pulmonaire) ;
  • 3 victimes de complications pulmonaires qui ont survécu.

Le résultat est sans appel : il ne fait aucun doute que le V a directement causé 11 morts et 3 complications pulmonaires graves.

Évidemment, les chercheurs ont arrêté l’étude en catastrophe.

« Non seulement la mortalité infantile était beaucoup plus élevée chez les femmes qui prenaient du V, mais leurs bébés souffraient aussi beaucoup plus souvent d’une maladie pulmonaire grave », s’est désolé le chef de l’étude, Wessel Ganzevoor, médecin gynécologue.

Je ne jette pas la pierre au Dr Ganzevoor, qui doit s’en vouloir terriblement.

Mais il faut savoir qu’il a commis 3 péchés mortels, typiques de la dérive généralisée de notre système de santé :

 

Péché numéro 1 :  l’orgueil démesuré du chercheur

Je rappelle que le V n’a rien d’une molécule naturelle.

Comme tous les médicaments chimiques, il agit par la violence, contre les mécanismes naturels de régulation de notre corps.

Le V bloque l’action d’une enzyme de notre corps (nommée PDE5). [2]

Et donc si vous empêchez brutalement l’enzyme PDE5 de travailler, vous allez forcément provoquer un déséquilibre… et causer des problèmes quelque part !

C’est la raison pour laquelle le V expose les hommes à tout un tas de risques, rares mais graves[3], du type :

  • Infarctus et AVC – surtout si vous prenez d’autres médicaments en parallèle ;
  • Troubles auditifs et visuels graves (vous pouvez perdre subitement la vision) [4]

Avec le V, vous augmentez même votre risque de souffrir d’un cancer de la peau ! [5]

C’est toujours la même histoire avec les médicaments chimiques : vous interférez quelque part avec un mécanisme « naturel », et vous causez des problèmes ailleurs.

Évidemment, en cas d’urgence, vous n’avez pas le choix. Si vous avez une crise cardiaque, vous devez prendre des médicaments chimiques pour forcer votre sang à se fluidifier. Si vous avez une infection grave, les antibiotiques sont une bénédiction.

Donc quand votre vie est en danger, les bienfaits d’un bon médicament pris sur courte période l’emportent toujours sur les risques.

Mais dans tous les autres cas, vous devez savoir que vous allez forcément causer des problèmes ailleurs… et ces problèmes sont souvent imprévisibles !

Dans l’étude des 11 bébés morts, voici ce qui s’est probablement passé :

Il se trouve que la molécule du V est aussi utilisée pour traiter des patients victimes d’hypertension pulmonaire. On sait que cela leur fait du bien sur le coup… mais on sait aussi que leur corps s’habitue à ce médicament… raison pour laquelle ils ne doivent surtout pas l’arrêter d’un seul coup !

Et c’est probablement ce qui s’est passé avec les bébés de l’étude.

Lors de l’accouchement, ils ont brutalement été sevrés du médicament auquel ils s’étaient habitués dans le ventre de leur mère.

Et voilà pourquoi, sans doute, ils ont eu autant d’hypertensions pulmonaires ! C’est une hypothèse, mais il y en a d’autres encore. [6]

La vérité, c’est que la prise d’un médicament est toujours un geste d’apprenti-sorcier… qui exige de prendre d’immenses précautions !

Le drame de notre médecine moderne, c’est qu’elle s’imagine « toute-puissante », elle croit pouvoir faire aussi bien que la Nature.

…alors qu’on est encore à mille lieues de comprendre toutes les subtilités du corps humain !

« D’abord ne pas nuire », disait Hippocrate, le père de la médecine…

Mais l’orgueil moderne a oublié ce principe de prudence… et c’est encore plus vrai, hélas, pour les femmes enceintes !

 

Péché numéro 2 :  l’imprudence (oubli du principe de précaution)

La médecine devrait pourtant savoir qu’il est affreusement risqué de donner des substances chimiques à des femmes enceintes :

  • Souvenez-vous du médicament Thalidomide, donné aux femmes enceintes contre les nausées, et qui a causé des milliers de naissances de « bébé-monstres », sans pied, sans bras, sans jambes… ou avec des doigts en trop ;
  • Plus récemment, la Dépakine donnée aux femmes enceintes a causé des malformations, des retards mentaux et même des cas d’autisme chez les nouveau-nés. [7]

La grossesse est le processus le plus subtil et le plus complexe qui existe…

…mais on oublie, encore et encore, le principe de précaution !

Aujourd’hui, aucun médecin ou presque ne pense à déconseiller aux femmes enceintes de prendre du paracétamol (Doliprane, Daffalgan…).

Il y a quelques semaines, vous pouviez même lire ceci, dans un journal soi-disant « sérieux » comme le Figaro :

« Le paracétamol peut être pris ponctuellement pendant la grossesse car il ne présente aucun risque pour la mère et l’enfant » [8]

C’est d’une imprudence inouïe, parce qu’on ne sait même pas exactement comment agit le Doliprane dans le corps (!)…

…et parce qu’il existe déjà des études TRES INQUIETANTES montrant une augmentation du risque d’autisme et d’hyperactivité en cas de prise de Doliprane pendant la grossesse ! [9]

Le fœtus est hyper fragile, et le moindre déséquilibre physiologique peut avoir de graves conséquences.

Le principe de précaution doit être AU PLUS HAUT quand on donne des médicaments chimiques aux femmes enceintes.

Mais cela n’a pas été le cas, une fois de plus, dans l’étude néerlandaise.

Et le pire, c’est que n’est pas seulement pour des raisons d’orgueil et d’imprudence.

C’est aussi pour des raisons d’argent.

 

Péché numéro 3 :  la cupidité de Big Pharma

Vous n’allez peut-être pas le croire, mais avant même le lancement de cette étude, plusieurs substances totalement naturelles et inoffensives étaient beaucoup plus prometteuses contre les retards de croissance.

C’est le cas en particulier de l’arginine, un acide aminé que l’on trouve dans les aliments comme les noix, les amandes ou les pistaches.

Cette substance naturelle est connue pour avoir un effet « vasodilatateur », qui améliore la circulation sanguine – comme le V, mais de façon naturelle, physiologique, sans interférer avec les mécanismes normaux de notre corps.

Une revue d’étude datant de 2016 a même montré que l’arginine donnée aux femmes enceintes stimule la croissance des fœtus et réduit le risque de naissance prématurée ! [10]

Voilà une piste de recherche beaucoup plus intéressante que le V !

La raison est évidente : on sait déjà que les femmes enceintes peuvent manger des noix sans le moindre danger (au contraire)… un complément alimentaire d’arginine a donc 1000 fois moins de chances de produire des effets indésirables graves.

On a même toutes les raisons de penser que les retards de croissance sont liés à des carences alimentaires de la mère : avec des solutions comme l’arginine, on s’attaque probablement à la vraie cause du problème !

Et il n’y a pas que l’arginine. Des études[11] montrent que d’autres substances naturelles sont prometteuses contre les retards de croissance, comme la mélatonine[12] ou l’acetyl-L-cystéine. [13]

J’irai même plus loin : pourquoi ne pas avoir testé un simple « jus de betterave » pour les femmes enceintes ?

Je ne plaisante pas : la betterave crue dilate les vaisseaux sanguins naturellement, et améliore le flux du sang dans l’organisme. Elle réduit même la pression artérielle de 4 à 5 points en moyenne ! [14]

Alors, pourquoi ne l’a-t-on pas testée, plutôt que le dangereux V ?

Mais parce que cela ne rapportera rien à personne… et surtout pas à Big Pharma !

Les substances naturelles ne rapportent pas d’argent par rapport aux médicaments sous brevet.

Et donc à chaque fois, c’est la même chose : dès qu’un médicament perd son brevet, Big Pharma essaie de lui donner une « nouvelle vie » en lui trouvant d’autres usages.

Pour maintenir les profits, il fallait trouver d’autres utilisations possibles du V…

…et comme Big Pharma finance 90 % de la recherche médicale, c’est le V qu’on a « testé » sur des femmes enceintes « cobayes »…

…plutôt que des substances naturelles, efficaces et sans danger comme l’arginine ou le jus de betterave !

Voilà, je suis désolé d’avoir été aussi long et aussi technique, mais je suis vraiment révolté par cette affaire, et je tenais à partager mon écœurement avec vous.

Votre dévoué,

Guillaume Chopin

PS : comme vous l’aurez remarqué, cette étude n’a pas fait la UNE du journal de 20h.

Une preuve de plus que vous ne pouvez pas compter sur les grands médias pour vous informer correctement sur votre santé.

 

Sources

[1] http://www.leparisien.fr/societe/apres-la-mort-de-11-bebes-aux-pays-bas-des-chercheurs-arretent-une-etude-sur-le-V-24-07-2018-7832199.php

[2] Le « travail » de cette enzyme est de détruire une substance nommée GMPc. Logiquement, si vous empêchez l’enzyme de détruire cette substance, vous aurez davantage de GMPc dans votre corps.  Et c’est bien l’objectif du V, car cette substance GMPc contribue à la dilatation des vaisseaux sanguins. Voilà, pour notre médecine moderne, le problème est résolu !

Mais comme toujours, c’est oublier que notre corps est plus intelligent que nous. Ce n’est pas pour nous embêter que cette enzyme PDE5 existe et fait son travail.

Notre corps est une machine hyper-complexe, qui régule des milliers de mécanismes chimiques en même temps pour obtenir le meilleur résultat possible ! Si notre corps a prévu de détruire la GMPc avec une enzyme spécialisée, c’est forcément pour une bonne raison !

[3] http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierSildenafilSansOrdo.php

[4] https://www.lemonde.fr/planete/article/2006/01/17/le-V-pourrait-presenter-des-risques-visuels-en-cas-de-problemes-cardiaques_731416_3244.html

[5] https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/fullarticle/1857095

[6] https://www.theatlantic.com/science/archive/2018/07/babies-V-trial/566054/

[7] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/la-depakine-un-antiepileptique-sur-la-sellette_1820025.html

[8] http://sante.lefigaro.fr/article/pourquoi-une-surdose-de-paracetamol-peut-etre-mortelle/

[9] https://www.santelog.com/actualites/grossesse-et-paracetamol-un-point-sur-le-risque-de-troubles-du-developpement-de-lenfant

[10] https://bmcpregnancychildbirth.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12884-016-1009-6

[11] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1521693418300488

[12] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26140865

[13] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29373603

[14] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23231777



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28 réponses à « CHOQUANT : 11 bébés MORTS car leurs mamans ont pris ce médicament »

  1. coucou says:

    Bonjour
    Encore une fois Big pharma régit le monde de la santé
    Et ses auxiliaires dévoués que sont les médias. et notamment le Figaro santé
    C est a chacun de reprendre sa santé en mains de s informer et d aller vers des médecines qui mettent l humain au centre de leur pratique
    Merci de soulever des lièvres qui sont bien évidemment cachés par les pouvoirs publics
    Cordialement

  2. Rémy Nahan says:

    Bonjour,
    Je vous suis depuis quelques mois. Un grand bravo et un immense merci pour vos travaux. Cette étude est une honte. Un scandale en passe d’etre Caché.
    Hélas elle n’est pas unique. Nous pourrions j’imagine en déterrer des dizaines qui n’ont pas tenu leurs promesses…
    faire changer les consciences dans notre pays risque de prendre du temps. Je ne compte plus le nombre de patients exigeants un traitement à la moindre visite chez leur praticien. Certes, les labos sont des usines à pognon sans scrupule, mais Les patients, dans leur grande majorité, des consommateurs aveugles et sourds. On cotise donc on exige…
    Merci de nous ouvrir les yeux.
    Comptez sur moi pour relayer vos messages.
    Merci encore.
    Cordialement
    Rémy

  3. pisa says:

    peut-être que plutôt de continuer de regarder les travers des uns des autres nous pourrions regarder et nous occuper de nos propres travers…sans quoi nous risquons d’être condamnés à répéter sans cesse les mêmes causes de souffrance : l’aspect réactionnel…

  4. moi says:

    Ce sont quand même les femmes qui ont prient la décision d’avaler cette pilule non? Qui vous dit qu’elles ne l’ont pas prient en connaissances des risques? Et le truc des pêchés capitaux! En fait, je ne sais même as pourquoi j’ai reçu ce mail; vous êtes qui? Un groupe catholique?

  5. Helene Hervieux says:

    Ma maman est décédée d une cirrhose médicamenteuse. Son médecin de famille lu a i prescrit 2 medmédicaments incompatibles pendant des années. Nous n avons jamais pu avoir acces au dossier medical à cette époque en 1980 ce n était pas une obligation.
    Le médecin generaliste est devenu acupuncteur. ..
    Je n ai de ce fait aucune confiance aux médicaments j ai la chance d être en bonne santé
    Là plupart des gens avalent des médicaments et ne se rendent pas compte des effets secondaires .Le profit avant tout.

  6. Annick Morice says:

    Je suis, comme vous, totalement choquée et scandalisée. Merci de nous faire part de ces infos qui restent sous le manteau. La cupidité n’a pas de limite et c’est honteux !

  7. Theurier says:

    Tout à fait d’accord ! quand en finira t-on avec les lobbyistes qui hantent les instances gouvernementales ou les cabinets médicaux pour vendre leur « poison » que ce soit les produits phyto-sanitaires ou les médicaments, la chimie est dangereuse pour l’environnement, la biodiversité et l’air, voire même la santé si elle n’est pas utilisée à bon escient. Pourtant la profession d’herboriste n’existe plus ! alors que beaucoup de médicaments sont issus de plantes, on interdit maintenant de les utiliser ! Quel mal y a t-il à préférer se soigner par les plantes ou l’homéopathie (en danger elle aussi) ? c’est une aberration mais surtout cela couterait beaucoup moins cher à tout le monde : évidement big pharma ne peut pas le tolérer ! Qu’est ce que peut faire le citoyen lambda ? Subir ou ne pas se soigner ?

  8. Brinde Lucidité says:

    Il ne s’agit pas de combattre -ni remplacer- l’infra-politique et les infra-politiciens actuels (qui profitent de big pharma, big chimio, big agro) par d’autres infra-politiques et infra-politiciens, mais de passer à la politique éveillée (non duelle).

    Hygiène vitale ontologique et citoyenne (.com et FB)

  9. Le-Huu says:

    Inadmissible, nous cautionnons tous en laissant faire les chercheurs sans limites

  10. de La Monneraye Elisabeth says:

    C’est SCANDALEUX, HONTEUX la médecine fait parfois n’IMPORTE QUOI !

  11. de La Monneraye Elisabeth says:

    SCANDALEUX, HONTEUX ATROCE? que fait la médecine ???

  12. Pierrette says:

    Sordide cet appât du gain de personnes présumément intelligentes; elles méritent des sanctions sévères en regard de leur manquement envers la vie humaine.

  13. Ducheine says:

    Je suis franchement écoeurée que l’argent passe avant la santé des gens…. c’est inadmissible.
    Je ne suis pas trop médicament, je suis de plus en plus méfiante. On nous empoisonne au lieu de nous soigner, je ne sais pas ce qu’il faut faire pour être soigné correctement

  14. ISA DELAFON says:

    Ces mères, orphelines de leur enfant, devraient porter plainte avec dédommagement, en groupe. On se vante de ne plus expérimenter sur des animaux, mais les femmes valent moins que des animaux ! c’est vrai dans toutes les cultures machistes, et chez les occidentaux qui ont préféré la pilule pour les femmes, véritable bombe H, plutôt que de développer celle pour les hommes avec bien moins de dommages et conséquences. Il y a des hommes qui sont continuellement « en chaleur », c’est eux qui devraient la prendre. Comme leur physiologie est beaucoup plus simple, il y aurait bien moins de problèmes….

  15. JFC says:

    PERSO JE RETABLIRAIs LA PEINE DE MORT!!!!!!

  16. Schefczyk says:

    C est qui les plus stupides.
    Les femmes enceintes ignorait que c était du viagra?
    Stimulant sexuel masculin?
    Ces labo inconscients sur l éthique et l attention à apporter sur les femmes enceintes!!!
    Pour qui? Pourquoi ?

  17. S.Feuillie says:

    Je me souviens très bien du scandale du sang contaminé et des enfants hémophiles qui n’en avaient pas vraiment besoin…cet épisode m’y fait repenser. Merci de nous tenir au courant.

  18. thibo says:

    Autant je vous suis et vous êtes dans le juste, autant parfois vous êtes sur un jugement extrême. Vous partez sur un article racoleur pour finalement évoquer des enfants potentiellement non viable qui ne serait peut être même pas arriver à terme naturellement. Avant de sortir vos boucliers, regardez que les 3/4 des progrès de la médecin sont fait sur des études empiriques qui peuvent aussi causer la mort. Si vous êtes vivant aujourd’hui (et potentiellement ayez survécu à pas mal de maladie, avoir été vacciné etc etc) est aussi dû à l’avancée de la science et de la médecine qui se salit les mains en permanence.

    Ne l’oubliez pas avant de jeter la pierre (parfois très facilement, avouez le vous êtes allé dans le putàclick sur ce coup).

  19. FRITSCH Christiane says:

    c’est scandaleux et très choquant

  20. Josette Zindo says:

    S’il y avait une pétition, je la signerais volontiers ! et dire que l’on ne donne plus le diplôme aux herboristes et que l’on ne veut pas reconnaître l’homéopathie : que l’on considère comme placébo : Faux . On veut simplement faire disparaître les médecines naturelles qui ne profitent pas à Big pharma !…

  21. DELAMARRE says:

    C’est affreux !
    Merci vraiment de ces informations qui éclairent notre innocence !
    Noële

  22. Sandra says:

    Bonjour,
    Merci pour votre article. Que pensez vous de l‘heparine administrée aux femmes enceintes (piqures) qui ont un fort risque de faire une thrombose ou un problème de coagulation (anticorps)? Connaissez vous une alternative?
    Merci d‘avance

  23. Nauert says:

    Epouventable,ces expériences forcées et hasardeuses sans responsabilité des exécutants.Cela ne m’étonne pas de Big Pharma.

  24. quillacq says:

    Ne peut -on pas faire l’essai sur les animaux avant ?

  25. Gérard Wasson says:

    Comme vous avez raison! Vous n’avez pas été trop long, vous avez juste employé tous les mots nécessaires pour bien expliquer votre propos auquel j’adhère totalement. Bravo.

  26. Rita Maria Blomme says:

    Bonsoir M. Chopin,
    Vous avez évité de parler d’une chose très importante, même cruciale. Ces femmes enceintes, personne ne les a forcées à participer à cette étude. Elles l’ont fait volontairement et donc elles sont tout aussi responsables et coupables de ce qui est arrivé à leur bébé. Tout le monde sait qu’il faut éviter de prendre des médicaments pendant la grossesse, et ces femmes-là, elles ont volontairement sacrifié leur bébé sur l’autel de la recherche médicale. Mais peut-être, en sachant que leur bébé ne serait pas viable, ont-elles voulu que leur grossesse serve au progrès de la médecine, pour qu’ensuite les conclusions de l’étude puissent être utiles à d’autres futures mamans. En tout cas, elles avaient le droit de dire ‘non’.

    Monsieur Chopin,
    Il faut dire toute la vérité, pas simplement ce qui vous arrange dans votre croisade personnelle contre l’industrie pharmaceutique. Certes cette industrie n’est pas sans reproches, mais franchement, qu’est-ce qu’on ferait sans elle ? On lui doit beaucoup – beaucoup, beaucoup, beaucoup !

    Pensez-y !
    Rita Maria Blomme

  27. mathelet philippe says:

    Bonjour,
    votre démarche est intéressante mais pourriez vous nous expliquer pourquoi vous n’avez pas de messagerie accessible et pourquoi votre adresse courrier figurant sur votre site est fausse
    Pourquoi se dissimuler? Auriez vous des choses à cacherà l’instar de certains blogs style SNI?
    A vous lire

  28. Céline says:

    Bonjour dès que je veux partager ces scandales sur facebook ça ne fonctionne jamais et j’en suis bien dessus

RESTEZ INFORMÉS


Recevez gratuitement notre newsletter et nos alertes santé. En cadeau avec votre inscription, recevez le dossier Sauver les abeilles (et votre santé) en choisissant le BON miel

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
de l'association pour la Santé Naturelle

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous